Samedi 11 et dimanche 12 avril – NDDL, ZAD, Répression – appel à rencontre intercomités

Dans la suite :
– des quelques rencontres intercomités qui se sont tenues depuis l’opération César à l’appel de l’acipa, d’occupant-e-s de la zad et de copain 44
– de l’ « appel pour les libertés publiques » lancé en septembre par différents comités de la région, collectifs et individus.

Nous appelons à deux journées de rencontres intercomités les samedi 11 et dimanche 12 avril 2015.

# La première à la salle jean Jaures à Rezé, 40 rue jean jaures, le samedi 11 avril sera plus spécifiquement consacrée à la question de la répression : bilans des évènements, actions et rencontres de ces derniers mois, initiatives pour se coordonner à l’avenir, ateliers pratiques…

# La seconde à la salle des étangs à Fay de bretagne, le dimanche 12 avril, sera plus spécifiquement consacrée à la question de la lutte contre l’aéroport, à l’actualité et à l’avenir de la zad de Notre Dame des Landes.

Ces journées sont à l’appel du collectif du 22 novembre – d’occupant-e-s de la zad – de COPAIN 44 – du CNCA – de la legal team/carila – du Collectif rezéen anti-aéroport

Vous en trouverez le programme détaillé ci-dessous ainsi que des précisions d’ordre logistiques importantes à lire et auxquelles répondre pour que l’accueil de toutes et tous se passe au mieux.

Des textes introductifs pour la journée du samedi sont lisibles au bas de cette page. Des liens vers textes relatifs à la journée du dimanche seront publiés à part. Nous invitons les comités à envoyer aussi de leur coté des contributions écrites pour ces journées.

## Logistique :

— Couchages :

Nous pouvons héberger des personnes sur la zad ou dans des logements proches pour la nuit du samedi au dimanche. Merci de nous prévenir par avance à l’adresse reclaimthezad@riseup.net

— Repas :

Des repas seront préparés pour le samedi et le dimanche midi . Pour le samedi soir, nous invitons tous les comités à amener une tarte ou d’autres mets à partager pour accompagner la soupe. Il est possible aussi d’amener des boissons.

Important ! Nous demandons à chaque comité de nous prévenir du nombre de participant-e-s au plus tôt sur la journée du samedi ainsi que sur celle du dimanche, afin que nous puissions estimer le nombre de couverts à reclaimthezad@riseup.net

### Présentation et déroulement de la journée du samedi 11 avril

Face à l’accentuation de la répression, au printemps et à l’été 2014, un regroupement de collectifs anti aéroport a lancé un appel dénommé « appel pour les libertés publiques » afin de montrer notre solidarité à toutes les victimes de la répression et d’imaginer des initiatives pour la suite de la lutte. Ces rencontres se sont déroulées à Rezé en septembre 2014 et ont rassemblé une centaine de personnes en trois commissions. La commission action avait notamment proposé une manifestation, avec lettres d’auto-dénonciation, qui s’est tenue le 22 novembre à Nantes. Aujourd’hui ce collectif, appelé désormais le collectif du 22 novembre, appelle au coté d occupant-e-s de la zad, de COPAIN 44, du CNCA, de la legal team/CARILA, du Collectif rezéen anti-aéroport à poursuivre ces débats au cours de la rencontre inter-comités qui se tiendra les 11 et 12 Avril.

9h30: Accueil : café, thé, tisanes, disponible

10h: Bref rappel historique du processus conduisant à ces rencontres.
Présentation du déroulé de la journée.
Expression des collectifs de lutte présents, sur leur expérience face à la répression.

Il est demandé aux intervenantEs de préparer leur intervention de sorte qu’elle se tienne en 5/10mn

11h: Ateliers : les textes introductifs aux ateliers sont présentés à la suite

1) Les outils anti répression : animé par le CARILA.
2) Quelles stratégies au vu de la puissance de la répression ?
3) Comment agir pour retrouver une cohésion dans le mouvement ?

13h: Repas sur place, prix libre.

14h45: retour en ateliers pour approbation des compte rendus à faire en A.G.
15h: assemblée plénière : compte rendu des ateliers et échanges entre les participants
17h30: Clôture de la journée

### Samedi soir :

Une soirée projection sera proposée aux Hauts fays à coté de la zad.
Au programme : un film sur la lutte anti nucléiare à Bure + « le dernier continent » film sur la lutte à notre dame des landes.

### Déroulement de la journée du dimanche 12 avril.

Acceuil / petit déjeuner 9h30

10h-11h: compte-rendu de la journée de la veille.

tour d’infos sur ce qui s’est vécu et organisé sur la zad et dans le mouvement depuis un an. Prises de paroles de copain, acipa, adecca, naturalistes en lutte, d’occupant-e-s de la zad,. ..

11h-12h: Tour d’infos sur ce qui s’est véu et organisé dans les comités depuis un an
(n’hésitez pas à envoyer des contributions écrites par avance sur la liste inter-comités)

12h- 13h :
– réflexion/discussion en grand groupe sur les initiatives à même de maintenir la pression nécessaire pour mettre fin au projet d’aéroport et pour réagir en cas d’intervention policière/démarrage des travaux.

– présentation des enjeux et débats sur l’avenir de la zad en cas d’abandon du projet.

13h: Repas

14h-15h30: discussions en 3 groupes

– 1er groupe : approfondissement de la présentation des enjeux et débats sur l’avenir de la zad en cas d’abandon du projet. Quel accompagnement/soutien des comités locaux sur les chantiers collectifs à venir pour « construire en dur » en terme d’habitat, d’agriculture, de vie.

– 2e groupe : initiatives à même de maintenir la pression nécessaire pour mettre fin au projet d’aéroport et pour réagir en cas d’intervention/démarrage des travaux.

– 3e groupe : liens et soutiens à d’autres zads et luttes contre des GPII

15h30-17h: retour en grand groupe et débat.

17h: clôture.

——————

## Textes introductifs aux débats du samedi 11 avril

Le constat est sans appel : chaque action, de quelqu’envergure qu’elle soit, amène son lot de répressions policières et judiciaires : amendes, TIGs, interdictions du territoire, sursis et peines de prison ferme en constante augmentation. La volonté de l’Etat d’écraser la lutte s’appuie à la fois sur le fait qu’il dispose de tous les outils pour cela et sur la division du mouvement entre « bons » et « mauvais » manifestants. Le résultat des enquêtes publiques importe peu : l’Etat cherchera de toute façon à s’imposer par la force, qu’il estime légitime et qui lui sert d’instrument de répression, d’intimidation et de division. L’impression de ne pas maîtriser nos luttes est prégnante. Il importe de mettre en place des stratégies pour occuper le terrain de la façon la plus large et collective possible et de sortir du cycle répétitif et usant « action-répression », tout en poursuivant nos actions et en inventant de nouvelles. Il s’agit de se réapproprier nos combats, de se sentir légitime.

Atelier 1 : Les outils anti répression

Investi dans un soutien concret aux personnes confrontées à la répression, le groupe legal team/carila propose, outre un bilan de son action et de la situation actuelle de la répression, de réfléchir collectivement aux outils et moyens à mettre en place pour y faire face. Inventorier les cas et situations de répression pour développer des pratiques de défense? Analyser les discours répressifs et leurs contradictions ? Créer des liens entre les acteurs et actrices des luttes pour améliorer le rapport de force ? Assurer un soutien juridique et financier des personnes en butte à la répression ? Investir le terrain de la communication et des médias pour contrecarrer les discours du pouvoir ? Positionner la solidarité antirépressive dans la lutte, notamment par rapport au débat légalité /illégalité ? Autant d’outils à développer et à articuler.

Atelier 2 : Quelles stratégies au vu de la puissance de la répression ?

La répression impose son rythme après chaque manifestation avec des comparutions immédiates, taillées sur mesure, avec des témoignages policiers pour des pécadilles insignifiantes – cris, graphitis, bousculades qualifiés en menaces, tags, rebellions-, pour construire l’image d’une opposition minoritaire, marginale, associée à la casse et à la violence, alors que les vrais casseurs sont du côté des bétonneurs et du capital.
Aujourd’hui il est important de déjouer l’équation du Pouvoir qui veut que « Anti-aéroport=violence+casse ». Si l’on estime que la confrontation doit être assumée dans certains moments (comme lors de l’opération César, pour empêcher la destruction de la ZAD), il faut aussi des initiatives auxquelles toute personne peut s’associer.

Comment articuler différents types d’action face à un déni de démocratie (pseudo enquête de DUP, centre ville bouclé) ou face à une avancée décisive du pouvoir (comme par exemple lors du lancement du chantier de l’échangeur Est de la ZAD). Quelles stratégie et tactique imaginer pour sortir du cycle action répression? Comment dés lors inventer notre propre calendrier de mobilisation?

Atelier 3 : Comment agir pour retrouver une cohésion dans le mouvement ?

La lutte a besoin des habitantEs sur la zad, des paysanNEs, des associations, des collectifs, des personnes sympathisantes. TOUT LE MONDE A BESOIN DE TOUT LE MONDE.

Grâce à cette diversité, le mouvement est riche d’actions variées, de réflexions, d’expérimentations multiples, de points de vue différents. MAIS le pouvoir en place , aidé par la presse, a réussi à nous diviser entre bonNEs et méchantEs manifestantEs, entre violentEs et non violentEs, entre opposantEs crédibles et personnes incontrôlables. Cette division née d’une manipulation, hélas intégrée par certains acteurs de notre lutte, nous affaiblit. Quelques composantes du mouvement ont choisi de se positionner comme interlocutrices « représentatives » , d’autres soumises au matraquage médiatique, ne veulent pas être cataloguées de violentes.

Nos actions, quelles qu’elles soient, sont légitimes contre les GPII et le monde qui les engendre. Nous ne maîtrisons ni les communicants, ni les politiques ni les médias. Donc, quelles actions mener pour développer l’adhésion ,le soutien à notre mouvement ?

Comment communiquer sur notre lutte et reprendre le contrôle de notre image ?
En cas de nouvelles tentatives d’expulsion de la zad, comment faire pour que chaque composante de la lutte agisse dans le sens d’une résistance commune ?

Comment nous tous et toutes, différentEs, mais uniEs par le même objectif, pouvons-nous nous organiser sans être dans l’urgence ? Comment construire des passerelles entre nous, tout en conservant nos différences ?
Certains collectifs sont en sommeil. Le rouleau compresseur de la répression et des médias en ayant refroidi certains, seront-ils prêts ?

https://zad.nadir.org/spip.php?article2910

This entry was posted in Actualités and tagged , . Bookmark the permalink.