Nantes Nécropole n°3

NN3_imprimeurLe voilà enfin, le 3e numéro du Nantes Nécropole (le journal du Collectif Nantais Contre l’Aéroport).

Sommaire :

  • La communication et la manipulation « à la nantaise »
  • Green island un K décolle !
  • La mobilisation de la subjectivité dans la métropolisation à Nantes
  • Les tags qui tachent entre subversion et récupération, les murs racontent leur ville
  • Libertan, j ‘effacerai ton nom
  • Les compensations : compenser pour mieux gérer !
  • Rubrique : les nécropol isé-es de la nécroplisation -> Regard sur la situation dans les Ardennes
  • Vitesse : la capitulation du temps (suite et fin… enfin)

Edito :

Gros maux pour petites bassesses !
C’est dans un contexte un peu particulier, voire charnière, que nous bouclons ce troisième Nantes Nécropole. Nous assistons toujours plus à la métropolisation de nos vies. À grands coups de campagnes publicitaires, de « déplacements doux » et de karcher sur les murs de nos villes, c’est tout notre territoire que quelques élu-es réorganisent. Au milieu de ce monopoly géant, nous trouvons de moins en moins de prise sur notre quotidien. Nous sommes toujours plus sommé-es d’aller là où on nous le dit, d’être le moins bruyant-es possible, et de signaler notre présence. Pour nous divertir et passer notre énergie subversive la ville nous offre de nouveaux « espaces de création ». Rentables politiquement et économiquement pour nos dirigeants, nous avons le droit à quelques miettes de liberté bien cadrées à condition de ne pas déborder…
En effet, dans ce moment charnière, les débordements ne manquent pas…
Fort-es de ces nombreuses années de luttes, les liens tissés sur la ZAD et ailleurs semblent aujourd’hui porter leurs fruits et essaimer un peu partout. Le projet d’aéroport semble plus que jamais être sur le point de s’écraser. Les dernières manifestations montrent bien, à l’image du mouvement, à quel point nous sommes nombreuses et nombreux (50 000 personnes le 22 février), déterminé-es, et pas près de lâcher ne serait-ce qu’un centimètre de terrain.
À la hauteur de notre mobilisation et de nos espoirs le gouvernement cherche à nous intimider par une répression intensive. Jamais il n’y a eu autant de blessé-es par flash-ball dans une manifestation (actuellement 3 personnes gravement blessées à l’oeil ont, entre autres, été décomptées) et les peines prononcées à l’encontre de participant-es à la manif ont été d’une rare sévérité (jusqu’à 1 ans de prison ferme). Quand le gouvernement a peur il sort les crocs…
C’est donc dans cette période de turbulences que nous bouclons ce numéro. Quoi qu’il arrive, l’ampleur du mouvement et de ce qu’il créé est une victoire. Et nous espérons, par ce numéro, continuer à apporter un petit pavé à la lutte. Car une fois le projet d’aéroport vaincu il nous restera encore à dé-métropoliser son monde…

Téléchargez le Nantes nécropole n°3 (.pdf)

This entry was posted in Le Journal. Bookmark the permalink.